Menu

Top Navigation Example

Siege social: 4, rue MBC, Lathan, Bon Repos, HT6312, Téléphone/Whatsapp/MonCash: (509)38407775. Email: haitanastronomicalsociety@rocketmail.com

Télescope chez astroshop

samedi 30 novembre 2019

Societe Haitienne d'Astronomie: Privacy Policy update

Societe Haitienne d'Astronomie: Privacy Policy of the official blog of the Haitian...: Déclaration de respect de la vie privée et confidentialité vient d’être mise a jour.                                         





Déclaration de respect de la vie privée et confidentialité       

vendredi 29 novembre 2019

Mercure traverse le soleil



Mercure traverse le soleil


Crédit: NASA, SDO, NASA's Scientific Visualization Studio
Crédit Musique: Gustav Sting de Kevin MacLeod via YouTube
Détails: https://svs.gsfc.nasa.gov/4763
Détails: https://apod.nasa.gov/apod/ap191202.html

Astrophoto Haiti: HD 1502

Astrophoto Haiti: HD 1502: Image de HD 1502 prise a Las Cumbres Observatory sous requête de la SHA/Edward Gomez (14 nov. 2019) HD 1502 a 19...



La SHA vient de lancer son site Internet d'astrophotographie ce 29 Novembre 2019. A l'origine de

cette initiative est la motivation des membres de cette association via son réseau Whatsapp("Astronomie en Haiti-SHA") de prendre de magnifiques photos du ciel. Ces photos vont donc être publiées sur ce blog liée au site - mere de la SHA.



Pour inaugurer ce nouveau blog, une photo de l’étoile HD 1502 est publie, photo prise a Las Cumbres Observatory ce 14 novembre 2019 sous requête de la SHA dans le cadre de la coordination du Comité ExoWorld Haiti pour donner un nom 'origine Haïtienne a cette étoile (et aussi a son unique planete confirmée HD 1502b).



Les résultats officiels de cette campagne de nommage d'exomonde seront donnés ce décembre 2019 par l'Union Astronomique Internationale (UAI).



Astrophoto Haiti: HD 1502: Image de HD 1502

jeudi 28 novembre 2019

[Interview] L’antimatière





Yves Sacquin, physicien au CEA, explique ce qu'est l'antimatière. A chaque particule de matière correspond une antiparticule symétrique. Les antiparticules n'existent pas dans la nature car lorsqu'elles rencontrent leur particule symétrique, elles s'annihilent pour ne donner que des radiations. Le modèle du Big Bang prévoit qu'il se soit créé au tout début autant de matière que d'antimatière. Or seule la matière est observable dans l'Univers. Où est passée l'antimatière ? C'est pour élucider ce mystère que la recherche fondamentale s'intéresse à l'étude de l'antimatière et à sa création pour essayer de voir si elle n'aurait pas des propriétés différentes des propriétés symétriques de la matière.

Une vidéo co-réalisée avec L'Esprit Sorcier.

mercredi 27 novembre 2019

Apps d'astronomie pour enfant

La SHA vous recommande Star Walk 2 🚀💫 Jeu d'astronomie pour enfants (gratuit) (Vito Technology). Cette recommandation rentre dans le cadre de notre club en ligne pour enfant sur Whatsapp (pour des infos sur ce club ATSHA, cliquez ici...).
Nouvelle conception à l'intention des enfants d'un guide d'astronomie lauréat de prix ayant plus de 10 millions d'utilisateurs.

Cliquez ci pour télécharger l'app.

Star Walk 2 🚀💫 Jeu d'astronomie pour enfants est un outil éducatif innovant combinant des données astronomiques complètes à une technologie premium pour proposer une expérience d'observation des étoiles réellement magique, de la façon la plus attirante et édifiante.



Tandis que vous tenez votre téléphone en l'air en le pointant vers le ciel, Star Walk 2 suit vos mouvements en utilisant le gyroscope incorporé pour faire correspondre la carte sur votre écran aux étoiles vues depuis votre emplacement. L'interface de style BD et la voix amicale du narrateur vous guident sans effort à travers le ciel nocturne.

Vous découvrirez:
★ Le soleil, la lune et les huit planètes du système solaire (+ Pluton)
★ Les 49 constellations officiellement reconnues
★ 700 étoiles brillantes
★ La Station spatiale internationale
★ Le télescope spatial Hubble
★ Un trou noir (Cygnus X-1)

Vous pouvez voir où se trouve l'ISS au moment même et savoir où elle se trouvera plus tard, regarder des dessins animés pour comprendre pourquoi la lune apparaît différente au cours du mois, comment trouver le Nord depuis votre emplacement, pourquoi le soleil est si important et ce que sont les trous noirs.
POUR TÉLÉCHARGER......
POUR TOUT PUBLIC (ADULTE ET ENFANT), NOUS RECOMMANDONS (la Société Haïtienne d'Astronomie recommande) Star Walk 2 Free:Guide du Ciel Nocturne et Étoiles
(Vito Technology)pour vous orienter en observation astronomique. C'est gratuit. https://play.google.com/store/apps/details?id=com.vitotechnology.StarWalk2Free&hl=fr
N'avez-vous jamais observé le ciel en vous demandant pourquoi cette étoile brille tellement ce soir ? Grâce à Star Walk, tout ce que vous avez à faire est de pointer votre téléphone vers le ciel et des milliers d'étoiles, de satellites et de comètes seront à votre portée.
POUR TÉLÉCHARGER......

AstroTimoun Social Haiti (ATSHA)



La Société Haïtienne d'Astronomie (SHA) vous rappelle son Club en ligne sur Whatsapp: "AstroTimoun Social Haiti" (ATSHA) pour enfant jusqu'avant le Secondaire. Cette activité rentre dans le cadre de l'alignement de la SHA sur les principes et philosophie de UNIVERSE AWARENESS dont elle fait partie intégrante du réseau: cliquez ici pour plus de details.

C'est un club fonctionnant les week-end et les jours fériés, n'entrant donc pas en competition avec l'ecole reguliere. Cependant fin 2019 et debut 2020 il fonctionne durant toute la semaine en Haiti. a cause particulierement du pays-lock (evenements socio-politiques strangulant) empêchant la rentrée scolaire normale.

 (On peut aussi appeler ou Whatsapp texte a +50938407775)

Ce club est supervisé par un astronome (Dr Rulx Narcisse) et des enseignants. Il existe un code de conduite a respecter (particulièrement par les parents).

Voir aussi la page de presentation du club en cliquant ici,


mardi 26 novembre 2019

Conjonction Jupiter-Venus.

Au cas ou vous l'auriez raté, je vous présente ici le rapprochement des planètes Jupiter et Venus (techniquement on parle de conjonction) tel vu dans le ciel de Fermathe (Haiti). Cette photo a été prise par Sergey Gaillard le 24 novembre 2019 a 6:20 PM.
La planete Jupiter se trouve en haut et a droite de la planete Venus dans l'image. Bien sur, ce n'est qu'une projection de la vision humaine sur la voûte céleste, ces 2 planètes étant très éloignée l'une de l'autre en réalité. Venus est une des 4 planètes telluriques se trouvant a l’intérieur de l'orbite de la Terre (techniquement on dit planete intérieure ou inférieure). Jupiter est une des 4 planètes géantes, plus précisément une géante gazeuse dont l'orbite est en dehors de celle de la Terre (techniquement on dit planètes extérieures ou supérieures).
Sur la voûte céleste, géométriquement considérée comme un demi-sphere les distances sont évaluées (dimensionnellement) en degré, minutes, secondes. Ainsi donc, vu de la surface de la Terre (a Fermathe sur cette photo), Jupiter et Venus paraissent se séparer de 1.4 degré, soit 3 diamètres lunaires.

Se prélassant dans la constellation du Sagittaire ce mois-ci, ces planètes n'en sont pas les seules locataires. Saturne s'y trouve aussi, non visible sur cette photo de Sergey Gaillard. Voir l'image suivante prise de https://theskylive.com/ ou on voit bien les 3 planètes (et la fameuse constellation du Sagittaire avec sa forme remarquable en cafetiere):


Venus est actuellement a 217,892,360 kilométrés (km) de nous, soit 1.456520 Unites Astronomiques (UA). Sa lumière (réfléchie) prend 12 minutes et 6.8107 secondes pour nous parvenir. Pour Jupiter, ces données sont, dans le meme ordre: 916,215,932 km, 6.124525 UA et 50 minutes 56.1674 secondes. Saturne: 1,606,075,210 km, 10.735950 UA et 29 minutes et 17.2902 secondes.

Aujourd'hui 26 novembre 2016, Sergey Gaillard nous a gratifie encore d'une photo du rapprochement de Jupiter et Venus (Saturne n’étant toujours pas dans son champ de vue, ce qui techniquement n'est pas un problème):

Toujours sr le sol de Fermathe (zone montagneuse en Haiti), nous apercevons les deux planètes. Notez bien qu'en date du 26 novembre le rapprochement est moindre (distance angulaire > 1.4 degré, soit un peu plus que 3 diamètres lunaires): la date de rapprochement angulaire maximal ayant été le 24 de ce mois (voir la premiere photo).

L'astrophotographie n'est pas encore assez développée en Haiti et nous remercions cette action innovatrice de Sergey qui est membre de notre association scientifique (Société Haïtienne d'Astronomie) et participer activement sur notre groupe Whatsapp "Astronomie en Haiti-SHA" [+50938407775]. IL EXISTE AUSSI UN GROUPE SUR FACEBOOK "FACE A L'ASTRONOMIE EN HAITI".

Vous pouvez nous rejoindre sur Whatsapp pour partager des idées sur le développement de l'astronomie en Haiti ou pour partager des infos ou photos sur cette science:

Regardez ici une autre photo prise sur un autre territoire ce jour du 24 novembre 2019:
Jupiter et Vénus (plus brillantes) le jour de leur conjonction (le 24 novembre) de Robert Williams à Hanover, en Pennsylvanie. (https://en.es-static.us/upl/2019/11/Venus-Jupiter-11-24-2019-Robert-Williams-Hanover-PA-sq.jpg earthsky.org )








samedi 23 novembre 2019

vendredi 22 novembre 2019

L'UNIVERS est-il une SPHÈRE ? DNDE #129

Dernières nouvelles des étoiles (DNDE) est un format hebdomadaire qui fait le tour de l'actualité spatiale. SpaceX, Blue Origin, NASA, ESA, JAXA quels seront les prochains grands défis de l'humanité en terme de conquête de l'espace ?

Au programme cette semaine : L'univers est-il une sphère ? Un nouveau tir StarLink et le coût du SLS.

jeudi 21 novembre 2019

Comment observer Uranus (à l'oeil nu?)?





Uranus est une planète bien plus intéressante qu'il n'y paraît : elle représente sa part de défi pour tous les astronomes amateurs quel qu'en soit le niveau :

- elle est 6ème planète visible à l'oeil nu,

- peut être observée facilement avec des Jumelles,

- mais les plus gros diamètres peuvent s'essayer à mettre en évidence ses lunes, ses tempêtes ou sa rotation. Voire même... ses anneaux!

mercredi 20 novembre 2019

Water Vapor Plumes on Europa



Ce qui rend la lune de Jupiter, Europa, si attrayante, c’est la possibilité qu’elle possède d'avoir tous les ingrédients nécessaires à la vie. Les scientifiques ont la preuve qu'un de ces ingrédients, de l'eau liquide, est présent sous la surface glacée et peut parfois faire irruption dans l'espace sous forme de gigantesques geysers. Cependant, personne n'a été en mesure de confirmer la présence d'eau dans ces panaches par une mesure directe de la molécule d'eau elle-même. À présent, une équipe de recherche internationale dirigée par NASA's Goddard Space Flight Center in Greenbelt, Maryland (le centre de vol spatial Goddard de la NASA) a Greenbelt, dans le Maryland, a détecté la vapeur d'eau pour la première fois au-dessus de la surface d'Europa. L’équipe a mesuré la vapeur en examinant Europa à travers l’un des plus grands télescopes au monde à Hawaii. En confirmant la présence de vapeur d’eau au-dessus d’Europa, cela aide les scientifiques à mieux comprendre le fonctionnement interne de la lune.

La NASA confirme la présence de vapeur d’eau à la surface d’Europe

La NASA confirme la présence de vapeur d’eau à la surface d’Europe



Thomas Boisson 19 novembre 2019



Quatrième plus grand satellite naturel de Jupiter et sixième plus grand du Système solaire, Europe intéresse les planétologues depuis de nombreuses années. Il y a environ quarante ans, le programme Voyager offrait la première image détaillée de la surface veinée de la lune glacée. Au cours des dernières décennies, les données amassées concernant Europe en ont fait une cible prioritaire pour les agences spatiales dans la recherche de la vie. Et récemment, des planétologues ont confirmé la présence de vapeur d’eau sur Europe.







Ce qui rend cette lune si attrayante est la possibilité qu’elle possède tous les ingrédients nécessaires à la vie. Les planétologues ont la preuve qu’un de ces ingrédients, l’eau liquide, est présent sous la surface glacée et peut parfois faire irruption dans l’espace sous forme de gigantesques geysers. Mais jusqu’ici, personne n’avait été en mesure de confirmer la présence d’eau dans ces panaches en détectant directement la molécule d’eau.



Europe : de la vapeur d’eau et un potentiel océan d’eau liquide



À présent, une équipe de recherche internationale dirigée par le Goddard Space Flight Center de la NASA a directement détecté la vapeur d’eau pour la première fois au-dessus de la surface d’Europe. L’équipe a effectué cette détection en examinant Europe à travers l’un des plus grands télescopes au monde à Hawaï.



En confirmant la présence de vapeur d’eau au-dessus d’Europe, les planétologues pourront mieux comprendre le fonctionnement interne de la lune. Par exemple, cela aide à soutenir l’idée selon laquelle il existe un océan d’eau liquide, peut-être deux fois plus volumineux que celui de la Terre, sous la coque de glace épaisse de cette lune. Certains astrophysiciens soupçonnent même qu’une autre source d’eau pour les panaches pourrait être des réservoirs peu profonds de glace d’eau fondue.



« Les éléments chimiques essentiels (carbone, hydrogène, oxygène, azote, phosphore et soufre) et les sources d’énergie, deux des trois exigences de la vie, sont présents dans tout le Système solaire. Mais le troisième — l’eau liquide — est un peu difficile à trouver au-delà de la Terre » déclare Lucas Paganini, planétologue à la NASA. « Bien que les scientifiques n’aient pas encore détecté directement l’eau liquide, nous avons trouvé la deuxième meilleure chose : de l’eau sous forme de vapeur ».



Première détection directe de molécules d’eau au dessus d’Europe



Dans la revue Nature Astronomy, Paganini et son équipe ont déclaré avoir détecté suffisamment d’eau éjectée depuis Europe (à un débit de 2360 kilogrammes par seconde) pour remplir une piscine olympique en quelques minutes. Cependant, les auteurs ont également découvert que l’eau apparaît trop rarement, du moins en quantité suffisante, pour être détectée depuis la Terre.



« Pour moi, l’intérêt de ce travail est non seulement la première détection directe d’eau au-dessus d’Europe, mais aussi son absence dans les limites de notre méthode de détection » déclare Paganini.





En effet, l’équipe de Paganini a détecté le signal faible mais distinct de la vapeur d’eau au cours de 17 nuits d’observation entre 2016 et 2017. En regardant la lune depuis l’observatoire WM Keck au sommet du volcan Mauna Kea à Hawaï, les chercheurs ont aperçu des molécules d’eau sur l’hémisphère principal d’Europe. (Europe, comme la Lune de la Terre, est gravitationnellement verrouillée sur sa planète hôte. L’hémisphère principal est donc toujours orienté dans la direction de l’orbite, tandis que l’hémisphère secondaire est toujours dans la direction opposée).



Différencier la vapeur d’eau terrestre de celle d’Europe : les modélisations en renfort



Pour cela, les chercheurs ont utilisé un spectrographe de l’observatoire Keck, qui mesure la composition chimique des atmosphères planétaires grâce à la lumière infrarouge qu’elles émettent ou absorbent. Des molécules telles que l’eau émettent des fréquences spécifiques de lumière infrarouge lorsqu’elles interagissent avec le rayonnement solaire.



Détecter la vapeur d’eau sur d’autres mondes est un défi. Les engins spatiaux existants ont des capacités limitées pour la détecter et les scientifiques qui utilisent des télescopes au sol doivent prendre en compte les effets de distorsion de l’atmosphère de la Terre.



Pour minimiser cet effet, l’équipe de Paganini a eu recours à une modélisation mathématique et informatique complexe pour simuler les conditions de l’atmosphère de la Terre, afin de pouvoir différencier l’eau atmosphérique de la Terre de celle d’Europe dans les données renvoyées par le spectrographe Keck.





« Nous avons effectué des contrôles de sécurité rigoureux pour éliminer les éventuels contaminants présents dans les observations au sol » explique Avi Mandell, planétologue faisant partie de l’équipe de Paganini. « Mais finalement, nous devrons nous rapprocher d’Europe pour voir ce qui se passe réellement ».



Structure d’Europe : l’étudier en détails grâce à la mission Europa Clipper



Les scientifiques seront bientôt en mesure de s’approcher suffisamment d’Europe pour régler leurs questions en suspens sur le fonctionnement interne et externe de ce monde possiblement habitable. La prochaine mission, Europa Clipper, dont le lancement est prévu pour le milieu des années 2020, viendra compléter un demi-siècle de découvertes scientifiques qui ont débuté avec une modeste photo.





Quand il arrivera sur Europe, l’orbiteur Clipper effectuera une étude détaillée de la surface, de l’intérieur profond, de la faible atmosphère, de l’océan sous-marin et, éventuellement, d’évents actifs encore plus petits. Clipper essaiera de prendre des images de tous les panaches et d’échantillonner les molécules qu’il trouvera dans l’atmosphère afin de les étudier avec ses spectromètres de masse. Il cherchera également un site à partir duquel un futur atterrisseur pourrait collecter un échantillon.

Hubblecast 125 Light: Hubble Studies High-Energy Gamma Ray Burst



Hubblecast 125 Light: Hubble étudie la rafale de rayons gamma à haute énergie





De nouvelles observations du Télescope Spatial Hubble (NASA / ESA) ont étudié la nature du puissant sursaut gamma GRB 190114C en étudiant son environnement.



Les observations de Hubble suggèrent que cette explosion particulière a produit une émission si puissante parce que l’étoile qui s’est effondrée était dans un environnement très dense, au beau milieu d’une galaxie brillante à 5 milliards d’années lumière de distance.

jeudi 14 novembre 2019

Mercury Transit 2019 - 4K



Starting around approximately 1200 - 1808 UTC (7:00 am - 1:38pm ET) November 11, 2019, NASA's Solar Dynamics Observatory watched as Mercury move across the Sun. The Solar Dynamics Observatory views the Sun in a variety of wavelengths of light in the extreme ultraviolet.

mercredi 13 novembre 2019

La NASA renomme le monde lointain de la glace 'Arrokoth' après un important contrecoup

Ultima Thule, le corps cosmique le plus éloigné jamais visité par un vaisseau spatial, a été officiellement rebaptisé Arrokoth, ou "ciel" dans les langues amérindiennes de Powhatan et Algonquien, à la suite d'un important contrecoup sur les connotations Nazies de l'ancien nom.

Le vaisseau spatial New Horizons de la NASA a visité la roche glacée, qui orbite dans la sombre et glaciale ceinture de Kuiper à environ un milliard de kilomètres de Pluton, en janvier 2019. Les premières images détaillées avaient montré qu'il étaient constituées de deux sphères collées ensemble en forme d' un bonhomme de neige.

http://www.spacedaily.com/reports/NASA_renames_faraway_ice_world_Arrokoth_after_backlash_999.html


samedi 9 novembre 2019

Système de sept planètes en orbite autour de TRAPPIST-1: PIA21427





Lorsque les planètes passent devant une petite étoile, dans ce cas-ci TRAPPIST-1, elles jettent une ombre qui permet aux scientifiques de déterminer leur taille et leur orbite. Une poignée de ces "transits" a permis aux chercheurs d'identifier trois planètes initiales dans le système à l'aide d'un télescope au sol l'an dernier. Après avoir effectué d’autres observations, y compris 20 jours d’observation continue à partir du télescope spatial Spitzer de la NASA, ils ont assisté à 34 transits clairs et les ont attribués à sept planètes différentes.



Cette vidéo détaille un système de sept planètes en orbite autour de TRAPPIST-1, une découverte du télescope spatial Spitzer, opéré par le Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie. TRAPPIST-1 une étoile naine ultra-cool.

Crédit: NASA / JPL-Caltech

Transit of Mercury, 11 November 2019





Un transit de Mercure a eu lieu le 9 mai 2016. Il s’agit d’un événement relativement rare. Un autre événement se déroulera le 11 novembre 2019, mais vous devrez ensuite attendre jusqu’à 2032!

dimanche 3 novembre 2019

Pour la première fois, des astrophysiciens pourraient avoir détecté un « mini trou noir »

Pour la première fois, des astrophysiciens pourraient avoir détecté un « mini trou noir »
 Thomas Boisson 2 novembre 2019 Espace & Astrophysique
https://trustmyscience.com/detection-potentielle-mini-trou-noir/



Les trous noirs font certainement partie des objets les plus mystérieux du catalogue cosmique. Prévus dès le début du 20ème siècle dans le cadre de la relativité générale, les modèles actuels en décrivent plusieurs types : trous noirs stellaires, trous noirs intermédiaires et trous noirs supermassifs. Chacun de ces types a été détecté au cours des dernières années. Mais les modèles prévoient aussi d’autres trous noirs hypothétiques, tels que les trous noirs primordiaux, les micro trous noirs ou encore les mini trous noirs. Ces derniers seraient des trous noirs dont la masse se situerait entre celle d’une étoile à neutrons et celle d’un trou noir stellaire. Et pour la première fois, des cosmologistes pourraient en avoir détecté un.



Les astronomes recherchent généralement les trous noirs dans notre galaxie en observant les rayons X qui sont émis lorsque les trous noirs absorbent le matériau provenant d’étoiles proches. La friction thermique au sein du disque d’accrétion engendre, en effet, l’émission d’un puissant rayonnement électromagnétique. Dans les galaxies plus lointaines, cette recherche peut passer par la détection des ondes gravitationnelles produites par la fusion de deux trous noirs.

Mais un groupe de chercheurs s’est demandé s’il pourrait y avoir des trous noirs de masse relativement faible qui n’émettent pas les signaux de rayons X révélateurs. De tels trous noirs hypothétiques existeraient probablement dans un système binaire avec une autre étoile, bien qu’ils orbitent suffisamment loin de cette étoile pour ne pas en absorber de trop grandes quantités.

Mini trous noirs : ils se trahiraient par les variations de luminosité de leur étoile compagnon
Les chercheurs ont supposé que ces petits trous noirs n’émettraient pas de rayons X détectables et resteraient donc invisibles pour les astronomes, selon Todd Thompson, professeur d’astronomie à l’Ohio State University. « Nous sommes à peu près sûrs qu’il doit y avoir beaucoup, beaucoup de ces trous noirs dans les systèmes binaires avec des étoiles dans les galaxies, mais nous ne les avons pas détectés parce qu’ils sont difficiles à trouver ».

Thompson et ses collègues ont cherché des preuves de ces trous noirs dans les compagnons stellaires des objets proposés. Ils ont passé au crible les données de l’Apache Point Observatory Galactic Evolution Experiment (APOGEE), contenant des informations sur le spectre de la lumière de plus de 100’000 étoiles dans notre galaxie.

Les informations de cette étude ont révélé des spectres changeants pour chacune de ces étoiles. Un tel changement pourrait signifier qu’une étoile en particulier gravite autour d’un compagnon invisible. Après avoir effectué cette analyse, les chercheurs ont examiné les changements de luminosité d’un sous-ensemble d’étoiles susceptibles de graviter autour de trous noirs, en utilisant les données d’une autre mission appelée ASA-SN (All-Sky Automated Survey for Supernovae).

Un objet trop massif pour être une étoile à neutrons… mais trop peu massif pour être un trou noir stellaire
C’est ainsi que les chercheurs ont découvert un objet noir massif, pris dans une étreinte gravitationnelle avec une étoile géante en rotation rapide, située à environ 10’000 années-lumière de la Terre, aux confins de notre galaxie (près de la constellation du Cocher).

Ils ont estimé que la masse de cet objet était environ 3.3 fois celle de notre Soleil, trop massive pour être une étoile à neutrons et pas assez massive comparée à celle des trous noirs connus. Les résultats ont été publiés dans la revue Science.

Les étoiles à neutrons les plus massives que les astrophysiciens connaissent font 2.1 masses solaires, alors que le trou noir le moins massif connu fait environ cinq à six fois la masse de notre Soleil, selon Thompson. Cependant, la limite de masse inférieure du nouvel objet trouvé correspond à 2.6 fois la masse du Soleil, ce qui, selon les astronomes, constitue la limite supérieure théorique de masse des étoiles. Plus massive que cela, l’étoile à neutrons s’effondrerait en un trou noir.

L’hypothèse réaliste de la détection d’un mini trou noir
Donc, cet objet sombre et mystérieux « pourrait être l’étoile à neutrons la plus massive jamais vue. Juste à la frontière après laquelle elle ne peut plus exister. En fait, je serais encore plus excité si cela était vrai. Mais il est plus que probable que ce soit un type de trou noir de masse relativement basse, théorisé mais jamais découvert auparavant » explique Thompson.


Dejan Stojkovic, cosmologiste et professeur de physique à l’université des arts et sciences de Buffalo, confirme ces résultats. « C’est probablement un trou noir, parce que c’est trop massif pour être une étoile à neutrons, à moins que ce soit une sorte d’étoile inhabituelle. La découverte semble très raisonnable, mais pas inattendue, car les astronomes savent qu’il existe des trous noirs de masse inférieure ».

Thompson a déclaré qu’il attendait avec impatience les découvertes futures, telles que des informations sur l’inclinaison de l’orbite de l’étoile autour de l’objet sombre que le vaisseau spatial Gaia de l’Agence spatiale européenne pourrait rassembler lors d’une prochaine mission. Cela pourrait aider les chercheurs à mesurer plus précisément la masse de l’objet sombre.

Sources : Science

images:
Graphique présentant la contrainte observationnelle posée sur la masse de l’objet. Le résultat le plus précis indique environ 3.3 masses solaires. Crédits : Todd A. Thompson et al. 2019

Les mini trous noirs, des trous noirs dont la masse est située entre celle des étoiles à neutrons et des trous noirs stellaires, sont théorisés depuis de nombreuses années. Crédits : LIGO-Virgo, Frank Elavsky, Northwestern (Modified by Todd Thompson)

DES PARTICULES AUX ÉTOILES (Universite Paris-Saclay)

DES PARTICULES AUX ÉTOILES (Universite Paris-Saclay)
https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:ParisSaclay+71001+session05/about

 Un cours (avec certificat gratuitement) qui débute le 18 novembre 2019 et se termine le 18 février 2020. Des discussions peuvent etre faites aussi sur Whatsapp (50938407775).
Quels sont les constituants élémentaires de notre univers ? Comment s’organisent-ils pour former la matière ? Comment l’univers s’est-il formé ? Comment évolue-t-il depuis le Big-Bang, il y a environ 14 milliards d’années ?

Le MOOC «des particules aux étoiles» vous conduira dans un fantastique voyage vers l'infiniment petit et l'infiniment grand. Près de 70 chercheurs de l'université Paris-Saclay vous présenteront les grandes découvertes récentes et les nombreux défis scientifiques et technologiques auxquels ils sont confrontés.

Nous verrons également comment ces travaux peuvent trouver des applications sociétales et quelles sont les compétences que peuvent acquérir les doctorants de nos disciplines ainsi que les débouchés possibles après la thèse.

What are the elementary constituents of our universe? How do they organize themselves to form matter? How was the universe formed? How has it evolved since the Big-Bang about 14 billion years ago?

In the MOOC “from particles to stars”, we invite you to a fantastic journey into the infinitely small and the infinitely large, along with nearly 70 scientists from the university Paris-Saclay, who will present the scientific and technological challenges they face.

We will also see how this research may leads to societal applications and what are the experiences and skills that can acquire doctoral students doing a thesis in our disciplines and the potential opportunities after the thesis.
.......................
Plan du cours
Le MOOC «des particules aux étoiles» sera ouvert progressivement sur une période d'environ dix semaines. Il est organisé suivant trois grands thèmes :

Les grandes questions de la physique des deux infinis
Les instruments
Les applications
auxquels vient s'ajouter un volet « insertion » en guise de conclusion.

samedi 2 novembre 2019

Highly precessing binary black hole run



Système binaire de trous noirs avec une rotation de 0,91 sur le grand trou et de 0,3 sur le petit trou. Le rapport de masse est 6: 1. Les couleurs indiquent le tourbillon de l'horizon apparent et les flèches indiquent les directions de rotation. Le grand spin produit une précession orbitale significative. Film rendu par Robert McGehee et Alex Streicher.

Simulation interactive de notre Galaxie avec le projet veRTIGE


Cette simulation de notre galaxie, la Voie lactée, a été réalisé dans le cadre du projet de R&D veRTIGE, (visually enhanced Real Time Interactive Galaxy for Education) dédié à l’amélioration de la visualisation de notre Galaxie dans les planétariums. D’une durée de 5 ans, il a mis en oeuvre une collaboration originale entre l’Observatoire de Paris, l’INRIA et RSA Cosmos, une entreprise stéphanoise spécialisée dans le design de planétariums.

Si, à terme, une motivation du côté astronomique est de pouvoir insérer la vraie position des étoiles connues, grâce aux futurs résultats du satellite